Aquarelle

Séance d'aquarelle

sortie quai du Rabois    Aquarelle sur le quai du Rabois

Aquarelle à l'eau    Aquarelle à l'eau

Repéchage   repéchage

Séance du 21 janvier 2016

  

   Personnages en mouvement

 

            L’exercice proposé fait appel à de contraintes déjà connues (observation préalable du sujet  – utilisation d’un gros pinceau – travail dans l’humide – procédé par taches).

            Il s’agit de représenter un personnage en mouvement. La difficulté consiste à s’accorder une certaine liberté dans le geste et à traduire le mouvement par un certain flou.

            Exécution :

-          On commence par observer le modèle (photo de presse ou autre).

-          On mouille modérément le papier

-          Au gros pinceau, imbibé d’une teinte quelconque très diluée, on trace la silhouette de façon succincte en tenant compte de la mise en page (laisser des marges tout autour : le motif doit « respirer »)

-          On met ensuite en place le corps (buste d’abord), puis les membres en veillant aux différents angles formés avec le corps : cette étape doit se faire aussi avec liberté et le même pinceau un peu plus chargé en pigment (le même que le précédent ou un autre, de son choix)

-          On affine le dessin en soulignant les lignes fortes, mais toujours se souvenir que le flou est de rigueur pour indiquer le mouvement

-          Les arrière-plans seront toujours traités avec moins de force et de pigment que les premiers

-          On peut terminer enfin avec quelques détails (couleurs des vêtements – signes particuliers) mais sans excès : un seul gros pinceau est suffisant

La principale difficulté, comme souvent à l’aquarelle, est de bien maîtriser le degré d’humidité du papier. Très mouillé au début pour situer et proportionner la silhouette, il doit ensuite être moins humide au fur et à mesure que l’on veut des indications de plus en plus précises. Il ne faut pas hésiter à le remouiller un peu en cours de travail ou au contraire attendre le bon moment. C’est pourquoi on préconise d’utiliser toujours le même papier, dans le même grammage : il faut « connaître » son papier.

Enfin, réfléchissez très brièvement avant de poser vos touches de peinture : cela vaut mieux que de donner un second coup de pinceau au même endroit, a fortiori un troisième (cela affaiblit l’image que vous créez, lui fait perdre sa spontanéité et la rend laborieuse).

Allez, au travail et souvenez-vous : la peinture, il faut la faire avec sérieux, mais en s’amusant !

Aquarelle

Laquarelle consiste à utiliser sur une feuille de papier des couleurs à leau sous forme de tubes ou de godets. Un simple pinceau suffit pour cela, mais aussi une certaine délicatesse qui va se retrouver dans l’œuvre terminée, où domineront la transparence, la sensibilité et de subtiles nuances. Observation et imagination permettent une très large interprétation au cours dun travail à latelier (nature morte, fleurs, personnages) ou sur le motif (architectures, paysages). Cette technique se pratique sur papier humide ou sec, selon le sujet abordé ou le choix de lartiste. Le matériel, aussi léger que la technique, donne de larges possibilités dans toutes les situations, y compris pour les excursions ou voyages lointains ou laquarelle pourra agrémenter un carnet de croquis.

Connexion